Nous contacter
Les différences entre la Lieferkettengesetz et la Directive sur le devoir de vigilance des entreprises en matière de durabilité de l’UE

Articles, Industry Insights, Informations sectorielles, Rapports

Les différences entre la Lieferkettengesetz et la Directive sur le devoir de vigilance des entreprises en matière de durabilité de l’UE

Comprendre les différences et les similitudes entre ces deux textes législatifs, et ce qu’ils signifient pour vous, peut être fondamental pour vous assurer d’être prêt et capable de respecter ces obligations.

À l’échelle mondiale, la responsabilité en matière de droits de l’homme et de diligence environnementale a considérablement augmenté. Le réseau réglementaire continue de s’étendre, ce qui signifie que de plus en plus d’entreprises sont susceptibles de devoir développer, mettre en œuvre et rendre compte de la diligence dans leur chaîne d’approvisionnement.

Cette régulation n’est pas nécessairement nouvelle. En 2010, la Californie a adopté la Loi sur la transparence dans les chaînes d’approvisionnement, conçue pour accroître la transparence et la responsabilité dans les chaînes d’approvisionnement internationales, et ailleurs dans le monde, plusieurs lois de diligence raisonnable ont été proposées ou adoptées. Peut-être la législation la plus attendue est la Directive sur la diligence raisonnable en matière de durabilité de l’UE. La directive est actuellement en phase de négociations de trilogue et devrait être formellement ratifiée en 2024 avant d’être adoptée par les États membres individuels de l’UE.

Avant que la Directive sur la diligence raisonnable en matière de durabilité de l’UE ne soit ratifiée, l’Allemagne a choisi d’introduire sa propre législation. La Loi sur la chaîne d’approvisionnement (Lieferkettengesetz, LKSG) est entrée en vigueur le 1er janvier 2023 pour les entreprises de plus de 3000 employés et devrait être étendue à partir du 1er janvier 2024 pour inclure les entreprises de plus de 1000 employés.

Il est compréhensible que toute cette législation, similaire mais différente, pose certains problèmes pour les équipes d’achats, de durabilité et de rapports d’entreprise. Pour aider avec cela, examinons les similitudes et les différences entre la Directive européenne et la Lieferkettengesetz, selon ce que nous savons jusqu’à présent.

Qui doit se conformer ?

La LKSG et l’EUCSDDD ont des critères légèrement différents quant aux entreprises qui doivent se conformer, le seuil de conformité de la directive européenne étant significativement plus bas que celui de la LKSG.

Lieferkettengesetz (LKSG) : À partir du 1er janvier 2024, la loi exigera que les entreprises ayant leur siège ou des succursales en Allemagne et employant 1 000 salariés ou plus se conforment à la réglementation. De plus, les entreprises qui importent des biens en Allemagne sont également concernées.

Directive relative à la diligence raisonnable en matière de durabilité (EUCSDDD) – La directive européenne suit une approche progressive et exigera initialement que les entreprises employant plus de 500 salariés et ayant un chiffre d’affaires net mondial supérieur à 150 millions d’euros se conforment à la directive. Ce seuil sera réduit à 250 salariés avec un chiffre d’affaires net mondial de 40 millions d’euros. Une fois pleinement mise en œuvre, les entreprises non membres de l’UE seront également tenues de se conformer.

Que couvrent les législations ?

La LKSG et la directive européenne diffèrent en termes de portée et d’approche.

Lieferkettengesetz (LKSG) : La LkSG couvre un large éventail de risques liés aux droits de l’homme et à l’environnement, notamment le travail forcé, la discrimination, les droits des peuples autochtones, la protection des habitats environnementaux et la sylviculture. Trois conventions spécifiques liées à l’environnement sont également incluses dans la législation : la Convention de Minamata, la Convention de Stockholm et la Convention de Bâle.

Directive européenne (EUCSDDD) : La directive sur la diligence raisonnable en matière de durabilité est moins spécifique en ce qui concerne la portée des éléments liés aux droits de l’homme et à l’environnement qui doivent être évalués. Elle exigera des entreprises qu’elles identifient et traitent de manière plus générale les impacts négatifs créés tout au long du cycle de vie de la production, en considérant à la fois les chaînes de valeur en amont et en aval, lorsqu’il existe des relations commerciales établies.

¿Quels sont les étapes de la diligence requise ?

La LKSG et la directive européenne prônent une approche très similaire en matière de diligence requise dans la chaîne d’approvisionnement, ce qui est conforme à des législations similaires dans d’autres parties du monde.

Lieferkettengesetz (LKSG) : Selon les exigences de diligence requise de la LkSG, les entreprises doivent établir une diligence basée sur des éléments clés du Plan d’action national pour les entreprises et les droits de l’homme (NAP). Cela comprend :

  • Développement d’un système de gestion des risques.
  • Désignation d’une personne responsable.
  • Réalisation d’analyses régulières des risques.
  • Émission d’une déclaration de politique.
  • Mise en place de mesures préventives.
  • Adoption de mesures correctives.
  • Établissement d’une procédure de réclamation.
  • Documentation et reporting.

Outre ces éléments, le gouvernement allemand a également identifié plusieurs documents d’orientation reconnus au niveau international, y compris ceux émis par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et les Nations unies.

EUCSDDD : Dans la même lignée, la Directive européenne recommande que les entreprises adoptent une approche de diligence raisonnable qui :

  • Intègre la diligence raisonnable dans les politiques et les systèmes de gestion.
  • Identifie et évalue les impacts négatifs.
  • Prévienne, arrête ou minimise les impacts potentiels.
  • Évalue l’efficacité des mesures.
  • Communique sur les progrès.
  • Fournisse un processus de remédiation.

Tout comme la Lieferkettengesetz, la CSDDD fait référence spécifiquement au Guide de l’OCDE pour la diligence raisonnable dans la conduite commerciale responsable comme orientation que les entreprises doivent prendre en compte lors de l’établissement de leurs processus.

Quels sont les exigences en matière de rapports ?

La Lieferkettengesetz est déjà en vigueur et a des exigences de rapports très claires et détaillées, tandis que la législation européenne propose que les rapports soient effectués dans le cadre du processus de rapports annuels de l’entreprise.

Lieferkettengesetz (LKSG) : Des exigences de rapports strictes ont été définies par l’Office fédéral de l’économie et du contrôle des exportations (BAFA), selon lesquelles les entreprises rendent compte de leurs activités de diligence raisonnable. La loi exige que les entreprises soumettent un rapport annuel au plus tard quatre mois après la fin de l’exercice financier auquel le rapport se rapporte. Le rapport doit indiquer :

  • Si une entreprise a identifié des risques liés aux droits de l’homme ou à l’environnement et, le cas échéant, lesquels.
  • Ce que l’entreprise a fait pour remplir ses obligations de diligence raisonnable.
  • Comment l’efficacité des mesures a été évaluée.
  • Quelles conclusions ont été tirées pour les futures mesures de diligence raisonnable.

Le rapport annuel provient des réponses à un questionnaire structuré comprenant une combinaison de questions ouvertes et fermées, ainsi que des options à choix multiples. Les entreprises doivent remplir le questionnaire intégralement et de manière véridique.

Directive de l’UE (EUCSDDD) : Pour réduire la charge de reporting, il a été proposé que les entreprises qui rendent compte en vertu de la Directive 2013/34/UE ne seront pas tenues de se conformer à d’autres exigences de reporting annuel de diligence raisonnable.

Pour les entreprises actuellement non tenues de se conformer à la Directive 2013/34/UE, la proposition législative stipule que les entreprises devraient publier une déclaration annuelle sur leur site web dans une langue couramment utilisée dans leur secteur d’activité international. La proposition actuelle ne définit pas spécifiquement ce qui devrait être couvert.

En conclusion

Tout comme avec une grande partie de la législation proposée et existante sur la diligence raisonnable en matière de droits de l’homme dans le monde, le processus de réalisation de la diligence raisonnable a été aligné sur des documents directeurs internationaux existants.

Comme nous l’avons vu en Allemagne, certains États membres de l’UE ont élaboré une législation plus détaillée qui définit spécifiquement les domaines à couvrir et les méthodes que les entreprises doivent utiliser pour divulguer des informations à ce sujet. L’adoption de lois obligatoires sur la diligence raisonnable en matière de droits de l’homme marque une étape importante vers une économie mondiale plus responsable et durable. L’utilisation d’une approche basée sur les risques pour la diligence raisonnable dans la chaîne d’approvisionnement peut réduire la charge législative et améliorer l’efficacité de la diligence raisonnable. Entamer un parcours de conformité dès maintenant permettra aux entreprises d’améliorer leur réputation mondiale, d’augmenter la transparence et de réduire probablement les futures perturbations.

Pour soutenir les organisations dans la gestion de l’environnement législatif en évolution, Achilles surveille continuellement les réglementations internationales en matière de chaîne d’approvisionnement et d’approvisionnement pour s’assurer que nos services de diligence raisonnable dans la chaîne d’approvisionnement répondent aux exigences et aux normes de conformité locales et mondiales. Notre couverture mondiale et notre présence locale agissent comme une extension des équipes d’approvisionnement, de durabilité et de conformité de nos clients pour fournir une compréhension approfondie des réglementations, des langues et des cultures locales, et permettre une gestion supérieure et hautement efficace des risques dans la chaîne d’approvisionnement. Nos processus ont été perfectionnés au fil des ans pour permettre la collecte et la vérification des données des fournisseurs une seule fois, et les utiliser pour répondre à de multiples objectifs et obligations internes et externes (comme le LKSG et l’EUCSDDD) de manière très efficace en termes de coûts et de temps. En savoir plus.

En savoir plus sur la Lieferkettengesetz et la Directive sur le devoir de vigilance des entreprises en matière de durabilité, y compris des orientations détaillées sur la manière de se conformer.

← Articles